C'EST ICI, CHANTEREINE, ALFORTVILLE

Livre hors commerce, 64 pages, 0 euro, offert aux habitants de Chantereine

Ce livre a été pensé et écrit dans le cadre d’un projet initié par la Ville d’Alfortville sur la mémoire des habitants du quartier Chantereine. Ce quartier se situe à la pointe sud d’Alfortville, il est en cours de rénovation et s’étend du lycée Maximilien Perret au cimetière, dans sa longueur, et de la Seine avec la cité des Alouettes à la barre Jardins, dans sa largeur.

Principalement constitué de jardins, de terrains vagues et de quelques pavillons depuis le début du XXe siècle, c’est à la fin des années 1960 que démarre dans le quartier la construction de grands ensembles, les Jardins en 1970 (comprenant la barre Dolet et l’I.G.H), les tours Alouettes en 1973. Une vingtaine d’années plus tard, en 1997, le lycée polyvalent Maximilien Perret rejoint Chantereine.

Le projet de rénovation urbaine de Chantereine est initié en 2004 puis signé en 2009. Sur le quartier, les différentes phases de réhabilitation, résidentialisation, destruction et construction devraient s’achever en 2016. La rénovation du quartier en chiffres équivaut à 352 logements réhabilités, 543 logements sociaux démolis, 404 nouveaux logements sociaux et environ 220 logements neufs en locatif privé, en accession à la propriété et en accession sociale, ainsi qu’un espace vert repensé et un nouveau plateau sportif.

Livre édité par l’association des amis de la librairie l’établi et la ville d’Alfortville. Textes : Éric Arlix, photographies : Roberto Martinez et Éric Arlix. Paru le 29 septembre 2012, 6200 exemplaires.

Extraits :
"À la toute fin d’octobre 2011, un groupe d’adolescents s’aperçoit avec stupeur et tristesse que le terrain de football va être détruit. Le ballon sous le bras Mohamed et ses amis Alexandre, Djibril, Issam sont stoppés dans leur élan et regardent un bûcheron tronçonner les platanes trentenaires entourant le stade. Eugénie et ses amies sont tout aussi tristes de ne plus pouvoir faire du vélo ou jouer au tennis sur le stade. C’est ici, à Chantereine, fin 2011, la réhabilitation du quartier devient vraiment concrète. "

"Nicolas est arrivé en France en 1970. Lorsqu’il débarque du train à la Gare du Nord avec ses parents, il a 15 ans et son premier souhait est de boire un Coca-Cola (je n’ai pas trouvé cela très bon). Arrivant d’Arménie, appartenant à l’époque au bloc soviétique, tout semblait ici irréel pour un adolescent : les gens qui s’embrassaient dans la rue, des panneaux publicitaires géants avec des soutiens-gorge et la taille de l’appartement qui semblait vraiment immense. Juste avant d’arriver il portait encore, comme tous les enfants de son âge, l’étoile rouge du groupe Octobre (représentant Lénine enfant). Il se remémore les joueurs de boules place de l’Europe non loin de Chantereine et aussi sa première virée en voiture avec ses copains dans une Simca Aronde (un vrai tank) qui fut interrompue au bout de 100 mètres par un mini accident à 15 km/h (on a vraiment pas eu de veine, une vieille dame ne sachant pas conduire nous était rentrés dedans, on a fait un constat, notre voiture n’avait rien, l’autre voiture était bien cabossée). "