KILL DAVID LA LÉGENDE DAVID CARRADINE

biographie, 160 pages, éditions Philippe Rey, 2010

David, c’est Petit Scarabée dans les soixante-trois épisodes (soixante-deux plus le pilote) de la série Kung Fu la légende du dragon diffusée aux États-Unis entre 1972 et 1975 (en France, Petit Scarabée guidera toute une génération de bambins et d’adolescents à partir de 1974). David c’est une carrière d’acteur très riche aux centaines de films multigenre. David, c’est Frankenstein dans le cultissime et dystopique La Course à la mort de l’an 2000. David, c’est des périodes top, sombres, des come back, des moments où il dit Yes à tout. David, c’est le retour de Petit Scarabée dans les années 1990. David, c’est Bill dans les deux volumes de Kill Bill de Quentin Tarantino ; de grands rôles, David en manquait terriblement. David, c’est enfin une mort intrigante à Bangkok, « accident auto-érotique », matière à gloser pour les tabloïds du monde entier. David c’est surtout l’occasion de parler à la fois de cinéma, de série B, de kung fu, de sexe, de bolides, d’histoire et de philosophie bouddhiste. David, c’est tout un programme.

"David est le fils de John.
David est né le 8 décembre 1936 à Hollywood. John (1906-1988), le père de David, est acteur. Il débute sa carrière au milieu des années 1920 à Broadway et la termine par son rôle de Jacob dans L’Emmuré vivant sorti en 1990 (tourné en 1988). Il a joué notamment dans le fameux western de John Ford La Chevauchée fantastique en 1939 et dans Les Raisins de la colère du même réalisateur en 1940, mais aussi dans le grandiose Chasse à l’homme de Fritz Lang en 1941 ; il a joué Aaron dans Les Dix Commandements, Cassius Starbuckle dans L’Homme qui tua Liberty Valance et même aussi un second rôle avec David dans Bertha Boxcar (premier rôle principal de David au cinéma) de Martin Scorsese. John a joué plus de quatre cents rôles au théâtre et au cinéma. John est work addict. David a donc un destin tout tracé.
David, tu seras acteur comme papa."

Livre sur le site des éditions Philippe Rey
Collection à tombeau ouvert dirigée par Jean-Michel Espitallier